1 Jun

Marangu, le centre des Églises Luthériennes d’Afrique

LWF General Secretary Rev. Martin Junge worships among several Lutheran leaders and ecumenical partners from around the world. Photo: Allison Westerhoff

LWF General Secretary Rev. Martin Junge draws inspiration from the Africa leadership conference at Marangu, Tanzania, to show how collectively, churches can transform lives. He is interviewed in French by David Ben Adjia, of the Église évangélique luthérienne du Cameroun.
 

Interview avec le pasteur Martin Junge secrétaire général de la FLM


Du 20 au 25 mai, 31 églises se sont rencontrées dans les localités de Moshi et de Marangu en Tanzanie pour célébrer le 60e anniversaire de la conférence de Marangu et réfléchir autour du thème « de Marangu à Wittenberg : être une église reformée dans un contexte de changement mondial ». Le programme de la semaine partagé entre les méditations matinales, les exposés thématiques, et les visites des sites historiques, a fait l’objet de beaucoup d’intérêt pour tous les participants. Nous avons réalisé un entretien avec le pasteur Martin Junge, Secrétaire Général de la FLM qui nous présente une meilleure vitrine de cette organisation.

« J’ai évoqué l’histoire de Marangu et la détermination des gens à être ensembles pour montrer comment les églises peuvent mettre leurs efforts en commun pour transformer la vie des peuples. Ce n’était pas qu’une réunion de retrouvailles, mais aussi dans le but d’associer ses forces afin de travailler ensemble pour les Africains.

J’ai grand respect pour ceux qui ont initié cette action il y a 60 ans, ainsi que pour ceux qui, aujourd’hui, font des efforts pour se réunir, pour chercher à rencontrer l’autre à travers des longs voyages. Tout ceci nécessite du mental et de l’énergie physique, pour dépasser la multiplicité des cultures, des origines diverses, des valeurs et des idées différentes.

Le bilan que je fais aujourd’hui est très positif : les églises font des efforts énormes, elles sont en pleine croissance et ont beaucoup contribué pour l’indépendance des pays en Afrique, à l’exemple de la Namibie. Les leaders africains prennent les choses en main et s’orientent bien vers l’avenir, et je leur souhaite bon vent.

Nous préparons l’Assemblée des 500 ans de la réformation luthérienne. Ce sera l’occasion de réfléchir sur le sens de notre vie ensemble en vue de lutter contre la pauvreté spirituelle et matérielle à travers le monde. C’est un chemin périlleux, mais c’est la marche de la foi ; malgré les obstacles liés aux changements dans certaines églises, il faut toujours avancer. »

La présence du président de la FLM, le Dr Munib A. Younan, de Palestine, arrivé le samedi, a surtout réanimé le moral des leaders africains en leur assurant que cette bataille n’est pas que celle de l’Afrique seule, mais celle de toute la FLM. Le train de prise en main du destin des Africains est entre les mains des Africains.

 

(Interview réalisée par David Ben Adjia, Église évangélique luthérienne du Cameroun, et journaliste membre du réseau des communicateurs luthériens en Afrique)

 

 

Disclaimer: The views expressed in this blog are those of the author, and not necessarily representative of Lutheran World Federation policy.